Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Jean-Paul-69-07.over-blog.com

« Les Vertueux »

Je ne veux pas évoquer aujourd’hui les très rares personnes d’EELV ayant échappé au lance-flammes de Sandrine ROUSSEAU … et, d’ailleurs, dans ce cas, j’aurais titré « Les vertueuses ».

Non c’est du dernier livre de Yasmina KHADRA que je veux parler.

J’aime toujours les romans de cet auteur algérien qui, malgré ce prénom féminin, est un ancien officier de l’armée algérienne, qu’il quitta à 45 ans avec le grade de commandant, afin de pouvoir être écrivain à plein temps.

Le titre de son dernier livre est donc « Les Vertueux » (ISBN 978-2-0802-5794-9) et il nous brosse la vie d’un modeste berger qui fut utilisé par un caïd local pour aller faire la guerre en France durant la première guerre mondiale … en le faisant passer pour son fils qu’il voulait mettre à l’abri. Inutile de détailler les horreurs de la guerre de tranchée et le nombre des morts et des amochés à vie parmi ces tirailleurs. On est quand-même effarés que les souffrances subies par tous ces hommes « pour la France » ne leur ait valu aucune reconnaissance et que certains n’aient pas compris qu’un tel mépris se paierait fort cher un jour.

Scandaleux également que la France ait osé laisser persister un fonctionnement strictement féodal qui violait les principes de la République dans les campagnes laissées sous la coupe de potentats locaux disposant parfois de tueurs à gages sans risquer aucun ennui. Quand on pense que certains continuent de se gargariser avec « l’œuvre civilisatrice de la France » on tombe de sa chaise.

« Les Vertueux »

Des débuts du XXe siècle jusqu’à son milieu, le livre qui relate les aventures de Yacine CHÉRAGA, nous brosse le tableau bien sombre d’une Algérie dont on comprend mieux pourquoi, plus d’un demi-siècle après l’indépendance, elle n’a pas réussi à installer des institutions respectées et à asseoir son développement économique et social alors que ses ressources pétrolières la dotaient d’un atout majeur.

Le livre se termine par ce propos de Yacine : « Depuis que j’ai choisi de pardonner, je ne frémis qu’aux choses qui apaisent le cœur et l’esprit », alors qu’il passa plusieurs années au bagne pour des crimes commis par les hommes de main du caïd.

Je conseille donc vivement la lecture de ce livre, même si je le trouve un peu trop long avec ses 540 pages. Il devrait apprendre beaucoup de choses à tous ceux qui, comme moi, en étaient restés à une vision de L’Algérie un peu trop en images d’Epinal.

J’ose penser que mes arrière-grands-parents, ces austères protestants lisant la Bible en famille tous les soirs et dont les squelettes sont enterrés à Alger depuis plus d’un siècle, n’ont jamais eu conscience des injustices que subissaient les Algériens pour lesquels mon arrière-grand-père fabriquait des bijoux, rue de la Lyre, au bas de la casbah d’Alger.

Jean-Paul BOURGÈS 28 septembre 2022

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Lire de Sabrina Kassa :<br /> <br /> Nos ancetres les chibanis!<br /> Sabrina Kassa<br /> Autrement 13 Avril 2006 9782746708303<br /> Comment les Algériens, arrivés en nombre dans les années 1960-1980 se sont ils intégrés ? Quel a été leur destin en France ? Voici le témoignage de huit d'entre eux, révélateur de parcours de vie réussis, souvent grâce à leur engagement, qui montrent que la double culture est possible, que, malgré les difficultés, l'intégration est possible sans pour autant que les origines soient reniées.<br /> Même si un certain nombre d'Algériens sont restés " figés " à vie dans le mouvement entre ici et là-bas, dans le fantasme du retour, ballotés d'une rive à l'autre, d'autres n'ont pas eu peur de bousculer les limites fixées par la société et par " la communauté ". Pour s'investir, ici, dans la vie de quartier, comme Kheira Deffane dans le quartier Sainte Marthe à Paris ou Aïssa Zemouri dans le quartier de la Grande Synthe dans la banlieue de Dunkerque. Pour s'engager dans des syndicats et des associations, comme Djemaa Boulemnadjel militante FO. Pour prendre la parole et être des citoyens, ouverts, sans renoncer à leurs identités, à leurs valeurs, à leur passé. Conscients et fiers d'avoir vécu une aventure incroyable. C'est le parcours, de l'exil à l'enracinement, et l'engagement, ici en France, de ces êtres-là que ce livre de huit portraits veut éclairer.<br /> Femmes ou hommes, demeurant à Paris ou dans différentes régions française, ces hommes et ces femmes racontent leur destin, leurs espoirs déçus et leur attachement actuel à leur engagement dans la socité française d'aujourd'hui. Les portraits photographiques réalisés avec une grande sensibilité par Zabou Carrière mettent en valeur ces personnages, hérauts de l'intégration et de l'engagement.<br /> Une parole qu'il convient d'entendre dans cette période troublée où le communautarisme semble avoir la vedette.<br /> <br /> Magic Bab el-Oued<br /> Sabrina Kassa<br /> Emmanuelle collas 4 Janvier 2019 9782490155095<br /> Anissa vient de découvrir un secret de famille : son père était harki. Elle décide d'aller rendre visite à son oncle à Bab el-Oued pour comprendre ce qui, dans le passé, a fait exploser sa famille. Mais, en Algérie, tout la monde la fuit. Elle ne tarde pas à comprendre qu'un autre drame se joue là-bas. Son cousin, tout aussi égaré qu'elle, est embarqué dans une magouille internationale depuis qu'il est devenu le sosie de Barack Obama.<br /> C'est en essayant de lui prêter main forte que les histoires des uns et des autres vont se dévoiler et se libérer de l'emprise du passé. Sabrina Kassa est française. Journaliste, elle vit à Paris. Magic Bab el-Oued est son premier roman.<br /> <br /> Un Noël chez les Zemmouri<br /> Sabrina Kassa<br /> Emmanuelle collas 11 Mars 2022 9782490155187<br /> Noël 2016, Mima Ounessa veut annoncer son retour en Algérie à ses enfants. La matriarche vit comme une recluse depuis 40 ans à Belleville. Ses filles, Lila et Rania, ses fils, Aïssa et Mokhtar, ainsi que sa petite-fille Eva sont tous un peu déboussolés : ils ne comprennent pas sa décision. Pour arriver à expliquer son choix et mettre des mots sur son envie de partir, Mima Ounessa va devoir revisiter son chemin et dire enfin sa vérité. La famille sortira-t-elle indemne de ce Noël sens dessus dessous ?<br /> <br /> A bientôt.<br /> Amitié.
Répondre