Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Jean-Paul-69-07.over-blog.com

Anastasie virtuelle

Hier, c’est la deuxième fois qu’un de mes billets se heurte à une forme de censure en m’empêchant de rendre ce que je venais de publier, accessible à mes amis par l’emploi du « partager avec mes amis » sur le réseau social « Visage de caprin mâle ».

Le nom d’Anastasie pour parler de la censure date du XIXe siècle et elle fait référence à Sainte Anastasie, une femme bigote durant l’empire byzantin.

Caricature du siècle dernier sur la censure ... et ses ciseaux

Caricature du siècle dernier sur la censure ... et ses ciseaux

Mais revenons-en à ces deux occasions où les ciseaux d’Anastasie exercèrent le tranchant de leurs bi-lames contre ce que j’avais écrit.

La première fois, il y a quelques mois, voulant exprimer mon horreur de la tauromachie, j’avais illustré mon texte avec la photo d’un taureau, banderilles plantées dans la chair et donc tout sanguinolant. Montrer le sang est donc interdit.

Hier, sans que j’aie vraiment bien compris, ce que je publiais n’a pas semblé conforme aux règles de « visage de caprin mâle », probablement parce que j’avais mis la photo de deux copains joyeux, Béni et Adolphe, ce qui a dû être compris par un robot doté d’une intelligence artificielle, comme une incitation négationniste à la haine (Ce fut obligatoirement le fait d’un robot car le message que j’ai reçu fut émis dans la seconde qui suivit mon clic demandant le partage à mes amis).

Vous vous doutez que j’en ai bien ri … car, tant qu’on peut rire, il ne faut surtout pas s’en priver.

J’y vois aussi une leçon : tant que « l’intelligence artificielle » sera incapable de réfléchir et de comprendre ce qu’un texte signifie, il restera un peu d’espace pour les êtres humains, à condition qu’ils sachent résister au fait d’être eux-mêmes robotisés … jusqu’à pouvoir être remplacés par un robot à la tête d’une entreprise ( Une PDG pas gourmande - Jean-Paul-69-07.over-blog.com ).

Plus sérieusement l’hypocrisie règne en maître et, ainsi que l’ai déjà dit, je ne peux m’empêcher de penser au « Cachez ce sein que je ne saurais voir » du Tartuffe de MOLIERE.

Jean-Paul BOURGÈS 26 septembre 2022

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Ya pas qu'à Mediapart, alors...<br /> <br /> Maigre consolation mais consolation, quand même...<br /> <br /> A bientôt.<br /> Amitié.
Répondre
J
Les cons sont partout ... y compris lorsqu'ils sont robotisés. Amitié.