Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Jean-Paul-69-07.over-blog.com

La balkanisation de la France

J’ai beau ne suivre l’actualité que de très loin, et prendre un réel plaisir à ce temps de repos que nous prenons avec nos filles, gendres et petits-enfants, il ne m’est pas possible de ne pas exprimer mes sentiments en réaction à deux informations touchant la mise à l’abri de nos concitoyens.

La première information vient de m’arriver sous la forme d’un fichier Excel contenant une synthèse sur les 166 dossiers qui seront examinés à la commission DALO du 9 août (J’y participerai en visio depuis une arrière-salle du bistrot « Les Genêts d’Or »). Ces dossiers ont d’abord été étudiés par des fonctionnaires de la préfecture du Rhône qui, après avoir vérifié toutes les informations contenues dans ce que les requérants ont mis en appui de leur demande, indiquent pourquoi, à leur avis, il faut considérer ce requérant comme prioritaire pour l’accès à un logement social … ou non. Les membres de la commission, après avoir pris connaissance de ce travail préalable, confirmeront ou infirmeront en réunion plénière l’avis du fonctionnaire instructeur sur chaque cas.

La loi qui a créé le DALO (Droit Au Logement Opposable) à l’unanimité en mars 2007, a prévu que la commission doit statuer dans les trois mois qui suivent le dépôt du dossier.

Or, dans les dossiers qui nous seront soumis le 9 août se trouve un dossier d’une personne à la rue, déposé en mars 2021 ! Si je sais encore compter cela fait donc 17 mois … et non 3 mois. Et le fonctionnaire instructeur indique qu’il considère qu’en effet, cette personne doit être considérée comme prioritaire. Il se trouve que cela ne m’étonne pas car c’est moi qui avais monté le dossier avec la requérante et je savais bien qu’elle devait être logée de façon prioritaire. Heureusement que, dans l’intervalle on avait trouvé une solution car, autrement elle serait restée à la rue pendant presque deux ans.

Il reste qu’il y a une loi, qu’elle n’est pas respectée par l’Etat et que ça m’en touche une en faisant sérieusement bouger l’autre.

Au même moment une personne qui était logée par l’Etat après une décision de justice, confirmée en appel, vient de quitter son domicile provisoire après seulement 6 mois de mise à l’abri, alors que le tribunal lui avait prévu un bail d’une durée de 48 mois.

Cette victime des insuffisances de l’Etat, qui ne protège pas « ses ouailles » jusqu’au terme du bail prévu, c’est Patrick BALKANY.

C’est beau un Etat impartial

C’est beau un Etat impartial

La simultanéité des deux cas me fait terriblement douter de la réalité de la mise en œuvre des principes de notre République.

Vivrions-nous dans un Etat à géométrie variable ?

Quand un pays se fractionne en petits morceaux, rivaux les uns des autres, ne dit-on pas qu’il « se balkanise » ?

En ayant des applications des lois aussi différentes selon, comme le disait Jean de LA FONTAINE, que l’on est « puissant ou misérable » n’a-t-on pas laissé notre pays se « Balkanyser » ?

Jean-Paul BOURGÈS 7 août 2022

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
L'injustice sociale est synonyme d'INJUSTICE...<br /> <br /> Ton militantisme contre cette injustice est admirable, Jean-Paul !!! !!!<br /> <br /> A bientôt.<br /> Amitié.
Répondre
J
C'est honteux !