Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Jean-Paul-69-07.over-blog.com

Plus de pourboire … pour boire

Inspiré probablement par l’appel aux valeurs ancestrales de la France libérées par un air de retour à la normale, j’eus deux réunions … toutes deux « en présentiel » et en manches courtes, mais avec le masque encore bien près du circuit respiratoire.

Comme beaucoup de Français je n’avais pas mis les pieds dans un bistrot depuis dix-huit mois mais, étant en avance comme d’habitude, je m’offris le plaisir de commencer la journée par un café, hélas non consommé sur le zinc mais assis sagement à une table sur la terrasse, à regarder le flux des personnes marchant rapidement, à vélo ou sur une trottinnette, qui se hâtaient vers leur travail.

Ce spectacle affairé d’un quartier, où bat le cœur tertiaire de Lyon entre la préfecture, le Palais de Justice et la Part-Dieu, donnait bien le sentiment d’une reprise de la vie ordinaire malgré tous ces visages encore couverts d’un masque pour les plus casaniers, réticents à renoncer à cet accessoire qu’ils avaient pourtant eu bien du mal à adopter.

Ayant bu tranquillement mon expresso, je fis signe au serveur que je voudrais le payer. Il vint prendre mon billet de cinq euros … et, quelques minutes plus tard, me rapporta la monnaie que je glissai dans ma poche.

Et ce geste tout simple me remémora l’époque où, faisant le tri dans les pièces rendues par le serveur, on laissait un pourboire par lequel on signifiait le degré de satisfaction qu’on avait ressenti dans la façon dont le serveur s’était acquitté de sa tâche.

Ceux qui gardent le masque ... et les chiers fiers de leurs chaines

Ceux qui gardent le masque ... et les chiers fiers de leurs chaines

« O tempora O mores », il n’est plus question de pourboire depuis de nombreuses années dépersonnalisant toujours plus la relation entre le servi et le serveur dans un monde envahi par le virtuel … qui, derrière sa façade normative et kleen, a réinventé l’esclavage des sans-visages qu’Amazon emploie pour nous livrer, avant de les remplacer par des robots quand ils coûteront moins cher qu’eux. Ce qui avait fini de ranger le pourboire au placard des vieilleries, c’est le paiement de tout et n’importe quoi par carte … éventuellement « sans contact » … on devrait préciser « sans contact humain ».

Ces réflexions un peu disparates, le jour où on nous a très largement libérés du masque, me viennent le 18 juin alors que, ce jour-là, un général alors inconnu avait appelé tout un peuple au sursaut, afin qu’il ne confonde pas une bataille perdue avec une guerre à poursuivre jusqu’à la libération.

Au-delà de l'aspect militaire et stratégique, le 18 juin marquait aussi le refus de laisser le fascisme s’installer chez nous dans les fourgons du nazisme. Mais son retour n’est-il pas proche, maintenant que les « modérés de gauche et de centre-gauche » reprennent hardiment les thèses de celle qui était, il n’y a pas si longtemps, un épouvantail à laquelle les mêmes nous invitaient à nous opposer sans se poser de questions.

Sommes-nous vraiment faits pour la liberté ? Je commence à en douter très fort en voyant comme l’on ressemble beaucoup plus au chien qu’au loup de la célèbre fable de Jean de LA FONTAINE.

Jean-Paul BOURGÈS 18 juin 2021

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Vivre est un village 19/06/2021 09:27

Le 18 juin alors que, ce jour-là, un général alors inconnu avait appelé tout un peuple au sursaut, afin qu’il ne confonde pas une bataille perdue avec une guerre à poursuivre jusqu’à la libération.

Au-delà de l'aspect militaire et stratégique, le 18 juin marquait aussi le refus de laisser le fascisme s’installer chez nous dans les fourgons du nazisme. Mais son retour n’est-il pas proche, maintenant que les « modérés de gauche et de centre-gauche » reprennent hardiment les thèses de celle qui était, il n’y a pas si longtemps, un épouvantail à laquelle les mêmes nous invitaient à nous opposer sans se poser de questions.

Sommes-nous vraiment faits pour la liberté ? Je commence à en douter très fort en voyant comme l’on ressemble beaucoup plus au chien qu’au loup de la célèbre fable de Jean de LA FONTAINE.

L'on parle souvent du fascisme et jamais du pétainisme et pourtant il est bien là (lire : https://www.armand-colin.com/la-non-epuration-en-france-de-1943-aux-annees-1950-9782200625146)...

Le 10 juillet à Vichy, jour de commémoration des parlementaires qui ont dit non à Pétain et parfois y ont laissé leur vie et toujours leurs plans de carrières et rien ne me dit qu'il y aura plus de monde que l'année dernière...

A bientôt.
Amitié.

Jean-Paul 19/06/2021 10:14

Amitié